noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo App Huawei

1000 fois Cristiano : de l'enfant prodige à la légende CR7

Pin 1000 fois Cristiano: de l'enfant prodige à la légende CR7. AFP
1000 fois Cristiano: de l'enfant prodige à la légende CR7. AFP

1000 fois Cristiano : de l'enfant prodige à la légende CR7

Cristiano Ronaldo fête ses 1000 matches officiels en professionnel. Le Portugais a inscrit 725 buts en 999 rencontres. La bête jamais rassasiée de buts et de victoires. Mr. Ligue des Champions. 1000 fois Cristiano, de l'enfant prodige à la légende CR7.

Buteur insatiable. Chasseur de records et de trophées. Travailleur hors pair. Machine à marquer et à gagner. Autant de qualificatifs qui peuvent définir à la perfection ce qu'est Cristiano Ronaldo, un joueur qui atteint son millième match professionnel. CR7, une matière obligatoire et déjà présente dans tous les livres de football. À Lisbonne, à Manchester, à Madrid et à Turin. Et dans n'importe quelle galaxie.

Ce chiffre n'est pas le fruit du hasard et pourrait valoir plusieurs études du cas Cristiano. 29 titres se reposent dans son musée, mais lui pense toujours à ce qui arrive. C'est son secret sur la pelouse, jouer pour le record suivant comme si les précédents n'existaient pas.

Son enfance difficile et modeste et son permanent défi familial ont poussé Cristiano Ronaldo à devenir le soldat idéal du but. Le joueur aux 0,73 but par match en 12 années, qui a fait tomber 114 des 155 équipes qu'il a affrontées. L'histoire de Cristiano est celle du destin, sans l'ombre d'un doute. À l'aube d'atteindre les mille matches après avoir fait de chaque obstacle de sa vie un trampoline vers la gloire qu'il peut désormais toucher des deux mains, même si Cristiano, jamais rassasié, veut toujours plus. 

Le Portugais a converti le but en sa façon de vivre. Le football, qui était loin d'être sa priorité, est devenu sa raison de vivre, le catalyseur de ses passions et de ses peurs. Ses premiers pas avec un ballon, sur la route, à Madère, sans buts dans lesquels pousser le ballon, explique peut-être pourquoi cette cage et ses filets n'ont aucun sens pour lui s'il ne marque pas.

Le petit Cristiano n'est jamais parti. Ce petit qui a crié "Siuuuuu" lorsqu'il a remporté son troisième Ballon d'Or l'habite encore. Tout comme lors de cette expulsion à Mestalla, qui l'avait fait éclater en sanglots. Lorsqu'il avait poussé De Burgos Bengoetxea lors d'un Clásico en Supercoupe d'Espagne. À chaque but manqué, passe ratée, trophée perdu. 

El sueño del niño Cristiano y la leyenda milenaria

La légende du fils d'un jardinier​

C'est ainsi que Cristiano a écrit le roman de sa vie. "Le rêve d'un enfant". C'est le message qui était inscrit sur ses crampons lors de chaque match. Et celui prononcé devant un Bernabéu plein à craquer lors de sa présentation planétaire en juillet 2009, lorsqu'il était devenu le joueur le plus cher du monde. Mais sa plus grande victoire a été acquise alors qu'il n'était qu'un gamin, sous le maillot du CF Andorinha, club dans lequel son père était intendant.

Ce modeste jardinier venait toujours voir son fils jouer, et après chaque match, racontait les exploits de son fils à sa femme et sa fille. Pourtant, ces exploits ne les encourageaient pas pour autant à le voir jouer. C'est sans doute à ce moment-là que son esprit de compétition est né. Marquer, marquer et continuer de marquer jusqu'à ce qu'elles finissent par s'asseoir dans les tribunes pour le regarder jouer. Cristiano raconte qu'à ce moment précis, il savait qu'il emporterait tout sur son passage. L'histoire de sa vie.

Sa soif de vaincre, sa famille, puis le luxe. Ses trois piliers. Il cultive son corps et son image. Il mange sain et déteste l'alcool, peut-être parce que ce fléau lui a prématurément enlevé son père. Cristiano a appris en souffrant. Il est autant père de famille qu'attaquant.

À 35 ans, personne n'a de doutes sur le fait qu'il puisse encore jouer à 40 ans. Son corps est le fruit d'un travail acharné quotidien pour rester au plus haut niveau le plus longtemps possible, quand tant d'autres sont retombés dans l'anonymat et l'oubli. Un talent supérieur à la moyenne, mais aussi celui qui travaille le plus et le mieux. C'est aussi ça, Cristiano Ronaldo.

Son caractère, il l'a forgé à travers ses victoires, mais surtout ses défaites. 17 ans de football professionnel, des rires, des pleurs et un apprentissage quotidien. S'il est conscient qu'il ne peut pas toujours gagner, Cristiano a appris à apprécier et profiter davantage de ses victoires. Sur le terrain, c'est toujours celui qui le plus gagner. Ses 124 cartons jaunes et 11 expulsions ne sont pas un hasard. Les buts de ses coéquipiers qu'il n'a pas célébrés parce qu'il ne les avaient pas marqués lui. Ou son arrogance, sublimée par ce "ils m'envient parce que je suis beau, riche et un grand joueur".

El sueño del niño Cristiano y la leyenda milenaria

Cette évolution peut se mesurer également à travers son éternelle rivalité avec Leo Messi. Celui qui lui a "volé" des titres et des prix, provoquant en lui une haine assumée. Mais lorsqu'il a compris que son existence l'obligeait à être meilleur, il a même réussi à s'en amuser. Et si Messi a plus de Ballons d'Or que lui, lui a marqué le seul but qui manque à l'Argentin dans son palmarès : le ciseau retourné. Suspendu au ciel de Turin, au sommet de son art et du football mondial, Cristiano avait alors reçu la première ovation de ce qui allait être son nouveau public quelques semaines plus tard.

Dans les airs, il n'y a pas d'autres joueurs aussi "tueurs" que le Portugais, auteur de 128 buts de la tête. En plus de son retourné anthologique, ses coups de tête magistraux contre Manchester United ou dernièrement contre la Sampdoria resteront dans l'histoire. Du gauche, du droit, en talonnade, Cristiano a marqué des buts de toutes les couleurs, qui ont illuminé le football mondial.

Mr. Ligue des Champions

La Ligue des Champions et Cristiano, une histoire d'amour éternelle. Ce n'est pas un hasard si les meilleurs moments de la carrière du Portugais ont eu lieu dans cette compétition. Et pour cause, la Coupe aux grandes oreilles est le trophée le plus soulevé par CR7. Ses statistiques, dans la compétition, sont d'une autre planète et font peur. Ce n'est pas pour rien qu'il est surnommé ici et là Mr. Ligue des Champions.

Il est celui qui l'a remportée le plus de fois (5), celui qui a marqué le plus de buts (128), qui a joué le plus de matches (169) de C1. Cristiano a disputé 17 Ligues des Champions. Il est aussi le seul à avoir marqué lors des six matches de phase de groupes, et compte 65 buts en phase finale. CR7 est aussi le recordman du nombre de buts dans une seule édition, avec 17 réalisations. Spécialiste.

C'est d'ailleurs peut-être sa tête qui lui dira d'arrêter, avant ses jambes ou ses poumons. Peut-être lorsqu'il aura battu le record d'Ali Daei. Ou lorsqu'il aura remporté le seul titre qui lui manque : la Coupe du Monde.

El sueño del niño Cristiano y la leyenda milenaria

Difficile de savoir quelle sera l'année de sa retraite, mais son année 2013 restera gravée à jamais. 69 buts en 59 matches. Tout de blanc vêtu, la couleur qui lui allait le mieux. En blanc, il avait atteint la moyenne de 1,03 buts par rencontre. Couleur avec laquelle il avait fait de l'Atlético sa victime favorite, avec 16 victoires. Lisbonne et Milan s'en souviennent. C'est aussi le maillot avec lequel le Barça lui a fait le plus mordre la poussière, avec 15 défaites.

On vous parle d'un dribbleur devenu l'un des meilleurs de l'histoire. D'un monstre physique. Détruit par la défaite, mais jamais rassasié de victoires. Le joueur millénaire déjà tourné vers sa mille et unième nuits de gloire.

Jérémie Brun

Jérémie Brun

Infos 1,226 RANK 10
vues 29M RANK 7
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook