noscript image

À Monaco, la vraie recrue, c'est Rony Lopes

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,805

Pin Monaco a retrouvé l'un de ses meilleurs attaquants. AFP
Monaco a retrouvé l'un de ses meilleurs attaquants. AFP

À Monaco, la vraie recrue, c'est Rony Lopes

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,805

Alors que Monaco a déjà recruté Fabregas, Naldo, Ballo-Touré et Vainqueur cet hiver, le pricipal renfort semble être Rony Lopes, revenu après quatre mois de blessure et atout offensif N.1 à Marseille, dimanche (21H00).

Depuis le retour de Lopes à la compétition, Thierry Henry a retrouvé le sourire. Il sait que son international portugais possède un talent hors-norme.

"Rony nous a beaucoup manqué, explique l'entraîneur monégasque. Il apporte sa vision, prend les bonnes décisions. Contre Rennes (en Coupe de la Ligue mercredi, ndlr), alors qu'il n'avait pas joué 90 minutes depuis très longtemps, il a été essentiel dans l'entrejeu. Il a marqué la pose, donné la direction, gardé la balle." 

Lopes a redonné de la vie au jeu offensif monégasque. Lui qui a prolongé, belle augmentation salariale à la clé, jusqu'en juin 2022 alors qu'il traînait son claquage à une cuisse comme une âme en peine, a apprécié sa "bonne prestation et ses bons débuts". Comme il a apprécié sa prolongation.

"C'est une preuve de confiance du club, reconnaît-il. Cela veut dire aussi que je suis content ici. Et là pour l'aider."

Blessé en plein envol en septembre, le milieu offensif vise bien mieux qu'un éventuel sauvetage en Ligue 1. "J'ai beaucoup travaillé pour rejouer, lance-t-il. J'étais très frustré de cette blessure. Normalement, il faut quatre à six semaines pour revenir. Il y a eu des problèmes. Mais c'est du passé. Je suis de retour, je suis resté positif, même si ç'a été très dur."

"Encore plus de motivation"

Désormais, Henry entend gérer son retour avec intelligence. "Il faut faire attention, précise le tacticien monégasque. Souvent, les deuxième et troisième matches sont compliqués. Le plus important, c'est qu'il reste dans le groupe. Si c'est pour faire un match et repartir (à l'infirmerie, ndlr), ça sera difficile. Il reste peu de temps avant la fin de la saison."

"Ce n'est pas évident de le manager et de gérer ses minutes de jeu, poursuit-il. Contre Rennes, 90 minutes n'étaient pas prévues. Mais comment faire ? (sourire) Si je le sors, quel message j'envoie ? Il a terminé le match. A chaque fois qu'il part ou décroche, tu pries. Cela a tenu. Il faut à la fois rester à l'écoute de son corps mais aussi du résultat et du terrain."

Lopes comprend, mais il évacue cette crainte. "Tout le monde au club est comme ça en ce moment, sourit-il. Mais moi, je n'y pense pas. Je suis très confiant sur mes capacités. Je n'ai pas peur."

A Marseille, qu'il débute ou termine la rencontre, le Portugais se voudra décisif. Loin des tourmants internes de son adversaire, il précise: "L'OM, c'est toujours un grand match, compliqué. On aime ça. On y va pour gagner, concentrés sur nous-mêmes. On a nos problèmes et il faut commencer 2019 avec une victoire".

Véritable leader, Lopes voit en 2019 une nouvelle saison. "Je sens la confiance du coach et de tous, analyse-t-il. C'est très important. Cela me donne encore plus de motivation. L'équipe n'était pas bien. J'ai vu ça de dehors. J'essaie maintenant de lui amener quelque chose. Je suis là pour aider chaque joueur."

Lopes, très ambitieux, veut retrouver la sélection portugaise dès mars prochain. Pour cela, le buteur contre Rennes doit "encore améliorer beaucoup de choses". Comme Monaco, en somme...

BeSoccer

BeSoccer

infos 59K RANK 1
vues 406M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook