La Belgique et De Bruyne, sans risque dans le groupe E

BeSoccer il y a 1 mois 7.2k
La Belgique et De Bruyne, sans risque dans le groupe E. afp

La Belgique emmenée par Kevin De Bruyne est la grande favorite du groupe E, face à la Slovaquie, la Roumanie et l'Ukraine, qui jouera l'Euro-2024 dans un contexte particulier alors que le pays subit l'invasion russe depuis plus de deux ans.

De la "génération dorée" des Diables rouges, il ne reste plus grand chose de 2018 mais les Belges ont hérité du groupe le moins relevé de la compétition et devraient commencer en douceur pour rejoindre les huitièmes de finale. 

Troisième au classement Fifa, la Belgique est loin devant ses trois concurrents: la Slovaquie (48e), la Roumanie (46e) et l'Ukraine (22e), qui s'est qualifiée grâce aux barrages. 

Grand absent de cette liste et qui fait parler en Belgique: le gardien Thibaut Courtois n'a pas été appelé par Domenico Tedesco. 

Officiellement en raison de ses longues blessures aux genoux, même s'il a rejoué avec le Real et grandement contribué au 15e sacre madrilène en Ligue des champions le 1er juin dernier. Mais le gardien, l'un des meilleurs au monde à son poste, est surtout en froid avec son sélectionneur, n'ayant pas goûté de ne pas être capitaine en juin 2023 lors de sa 100e sélection...

Pour l'Ukraine, l'enjeu dépasse le cadre sportif

C'est le gardien de Wolfsburg Koen Casteels (en partance cet été pour l'Arabie saoudite) qui aura la lourde tâche de faire oublier l'absence de Courtois, ayant été préféré au portier de Nottingham Forest Matz Sels.

Pour le reste, les hommes forts de l'équipe belge font bien le voyage en Allemagne: Kevin De Bruyne, Thomas Meunier, Axel Witsel, Loïs Openda, Jeremy Doku, Romelu Lukaku...

Face à eux, l'Ukraine s'appuie, elle, sur un autre gardien du Real Madrid, Andriy Lunin. 

Mais pour les joueurs de Serhiy Rebrov, qui ont validé leur billet in extremis en battant en mars l'Islande en barrage (2-1), l'enjeu dépassera largement le cadre sportif, au moment où des milliers de leurs compatriotes combattent l'invasion russe, que 20% de leur pays est occupé et que des millions d'Ukrainiens ont pris le chemin de l'exil.

La Slovaquie jouera elle le troisième Euro de son histoire. Quant à la Roumanie, elle espère renouer avec les riches heures de son passé, quand elle avait atteint les quarts de finale du Mondial-1994. Gheorghe Hagi évoluait alors avec le N.10 dans son dos. Trente ans plus, son fils Ianis porte le même numéro dans le groupe des Tricolorii.

Mentionnés dans l'article