noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Avec "El Loco" Bielsa, Leeds déraille de nouveau

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,865

Pin Leeds déraille de nouveau. AFP
Leeds déraille de nouveau. AFP

Avec "El Loco" Bielsa, Leeds déraille de nouveau

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,865

Parti comme une flèche en Championship (D2 anglaise), Leeds, avec "El Loco" Marcelo Bielsa à sa tête, semble à nouveau caler dans une seconde partie de saison qui réussit rarement aux équipes de l'entraîneur argentin, pourtant proche de la montée l'an passé.

Début décembre, les "Peacocks" semblaient partis pour un cavalier seul vers la Premier League aux côtés de West Bromwich Albion, avec onze points d'avance sur le troisième.

Mais, présents 25 journées sur 32 à l'une des deux premières places, ils pourraient bien ne même plus être sur le podium samedi soir. Depuis la mi-décembre, les statistiques de Leeds sont en chute libre avec 10 points pris en 11 matches et surtout 4 défaites, un nul et une victoire sur les six dernières journées.

L'équipe n'a réussi aucune "clean sheet" lors de ses dix derniers matches, bien qu'elle garde la 2e meilleure défense de Championship.

Résultat, si West Brom conserve 6 points d'avance sur son dauphin, Leeds (56 pts) a été rejoint par Fulham. Derrière, Brentford (4e, 54 pts), Nottingham Forest (5e, 54 pts) avec Sabri Lamouchi, Preston North End (6e, 53 pts) et Bristol (7e, 53 pts), son adversaire samedi, sont à l'affût dans un championnat fidèle à sa réputation de densité et d'incertitude.

Sur le terrain pourtant, Leeds continue à livrer des prestations fidèles aux principes de Bielsa, faits de pressing et de courses constantes. Mais il a perdu la petite étincelle de lucidité ou de précision au moment fatidique, en attaque comme en défense, pour faire basculer les matches en sa faveur.

"La responsabilité de la défaite repose sur moi et pas sur les joueurs. Ils m'ont tout donné", avait assuré Bielsa pour défendre son équipe après la défaite récente à Nottingham (2-0), marquée par des erreurs du gardien Kiko Casilla.

Possédé par son projet de jeu

"Il y a de bonnes choses que les joueurs font sur le terrain et aussi des erreurs. Peut-être qu'avant, nous n'avions pas payé ces erreurs quand tout allait bien, mais maintenant nous les payons avec de sérieuses conséquences", avait-il ajouté avant le nul (1-1) à Brentford, mardi. Un discours raisonnable et raisonné qui pourrait être presque convaincant s'il n'y avait pas pléthore de précédents.

Pas plus tard que l'an dernier, pour son premier exercice sur le sol anglais, Bielsa avait fait rêver les supporters de Leeds avec 33 journées dans le top 2, dont 18 sur la plus haute marche.

Un parcours inespéré pour le 13e de la saison précédente, mais qui s'était terminé en queue de poisson avec 3 défaites et un nul sur les 4 derniers matches. Finalement 3e et donc barragiste, il s'était incliné contre le Derby de Frank Lampard (1-0, 2-4), 6e de la saison régulière.

Mais même avant cela, que ce soit à l'Athletic Bilbao, qu'il avait emmené en finale de la Ligue Europa et de la Coupe du Roi en 2011/2012, ou à Marseille en 2014/2015, leader à la trêve avec 41 points avant de n'en prendre que 28 sur la phase retour, pour terminer 4e, Bielsa semble ne jamais tenir les promesses de ses débuts de saison.

Entièrement habité, voire possédé, par un projet de jeu total, Bielsa ignore totalement le sens des mots adaptation, compromis ou pragmatisme.

Une conception radicale du football qui a fait sa renommée mais risque bien, dans un championnat marathon avec ses 46 journées - hors coupes et barrages éventuels -, de causer une nouvelle fois sa perte et celle de Leeds.

BeSoccer

BeSoccer

infos 86K RANK 1
vues 647M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook