noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Lyon, un statut à défendre

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,624

Pin Lyon, un statut à défendre. AFP
Lyon, un statut à défendre. AFP

Lyon, un statut à défendre

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,624

Lyon, triple tenant du titre, vise à Chelsea, lors de sa demi-finale retour de Ligue des champions dames (aller: 2-1) dimanche (15h00), plus qu'une 4e finale de suite, mais aussi à affirmer son statut de place forte dans un tournoi de plus en plus compétitif.

Le but d'Erin Cuthbert à l'aller a placé dans une position délicate les Lyonnaises, qui ont néanmoins su gérer une situation identique au tour précédent contre Wolfsburg.

En cas de dénouement heureux, l'équipe de Wendie Renard retrouvera à Budapest lors de la finale le 18 mai le Barça ou le Bayern (aller: 1-0), qui s'affrontent plus tôt dans la journée.

Face aux championnes de France habituées aux honneurs, des grands clubs de l'Europe côté masculin se sont hissés dans le dernier carré coté dames, auquel ils ne postulaient pas les dernières années. De quoi se sentir menacé ?

Pourtant, l'entraîneur de l'OL Reynald Pedros, ne ressent pas l'engouement supposé des cadors du Continent. "Non, a-t-il tout simplement répondu le 20 avril à une question sur le sujet. Il y a créer une section féminine et ne pas investir dans celle-ci."

"Nous avons affronté l'Ajax Amsterdam en 8e de finale. Nous avons gagné très largement (4-0, 9-0). C'est pourtant un grand club européen. On le voit aujourd'hui en Ligue des champions (hommes). Il ne faut pas que cela soit juste une vitrine", plaide-t-il.

Intouchables en D1

"A partir du moment où l'on investit dans une équipe féminine, il faut y mettre les moyens, mettre à disposition des infrastructures. Cela permettra au football féminin d'être plus attrayant pour tout le monde", défend le technicien de 47 ans.

"On espère voir le PSG très loin en C1, Montpellier, le Paris FC en Ligue des champions. Il faut que les grands clubs européens, bien sûr, aient une équipe féminine mais qu'ils investissent dans celle-ci, en recrutant des joueuses, en les payant, pour que le niveau soit plus élevé et que nous parvenions dès les 8e de finale avec des confrontations très difficiles. Cela donnera plus d'ampleur à cette compétition et à la discipline", souligne encore Reynald Pedros.

"Il faut que cela vienne, que le Championnat de France aille aussi dans cette direction. Nous, nous n'attendons que ça", ajoute l'entraîneur lyonnais en poste depuis l'été 2017.

Avec Lyon, il vient de décrocher son second titre de champion, le treizième consécutif pour l'OL féminin, une performance qui fait la fierté du président Jean-Michel Aulas dont le club investit aussi dans la formation.

"Ce titre a été encore plus difficile à décrocher. Nos concurrents sont en plein investissement pour essayer de nous rattraper", a-t-il défendu mercredi.

Toutefois, l'écart entre les Lyonnaises, invaincues, et leurs poursuivants paraît encore énorme. Le PSG, battu le 13 avril à Décines (5-0) est à trois longueurs, mais avec une différence de +42 contre +80 pour l'OL.

Le 8 mai, l'OL tentera de gagner la Coupe de France contre Lille et dix jours plus tard, d'enlever sa quatrième Ligue des champions consécutive, la 6e en tout. Ce serait alors son troisième triplé après ceux obtenus en 2016 et 2017.

BeSoccer

BeSoccer

infos 69K RANK 1
vues 498M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook