noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo App Huawei

Face aux cadences, Liverpool craint de finir à bout de souffle

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 3,835

Pin Face aux cadences, Liverpool craint de finir à bout de souffle. afp
Face aux cadences, Liverpool craint de finir à bout de souffle. afp

Face aux cadences, Liverpool craint de finir à bout de souffle

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 3,835

Liverpool en pointe face aux cadences infernales: les Reds, qui visent les huitièmes de Ligue des champions mercredi soir contre l'Atalanta Bergame, redoutent de s'essouffler pour cause de calendrier surchargé. Et l'entraîneur Jürgen Klopp n'hésite pas à fustiger diffuseurs et dirigeants du foot anglais.

Le caractère volcanique de l'Allemand n'est un secret pour personne et ce n'est pas la belle victoire de son équipe en championnat contre Leicester (3-0), samedi, qui l'a adouci.

Un match disputé sans Virgil van Dijk, Joe Gomez, Trent Alexander-Arnold et Jordan Henderson, blessés, sans Mohamed Salah atteint du Covid-19 et au cours duquel Naby Keita a dû sortir prématurément, touché aux ischio-jambiers.

Lors de l'interview d'après-match, Klopp s'en est pris à Sky Sports et BT Sports, les diffuseurs de la Premier League, accusés d'être irresponsables dans leur programmation.

Trois jours après leur match contre Bergame, les Reds devront ainsi remettre ça contre Brighton samedi à la mi-journée.

"Il faut que Sky et BT discutent, parce que si on continue à jouer mercredi et samedi à 12h30, je ne suis pas sûr que nous finirons la saison avec 11 joueurs" valides, a-t-il lâché.

- "devenir dingue" -

Des critiques qui font écho à celles de l'entraîneur de Manchester United, Ole Gunnar Solskjaer, qui avait dit que son équipe avait été "piégée pour qu'elle échoue" lorsqu'ils avaient dû affronter Everton un samedi à 12h30 pour un match capital avant la trêve internationale, finalement remporté 3-1, alors que moins de 72 heures auparavant ils étaient en déplacement à Istanbul mercredi soir pour affronter Basaksehir.

Le créneau de 12h30 le samedi est très important pour le Championnat d'Angleterre, puisqu'il sert de vitrine pour l'Asie en raison du décalage horaire.

Mais en contrepartie des contrats astronomiques signés avec la Premier League et des sommes faramineuses versés au club - près de 5 milliards d'euros sur trois ans - les diffuseurs ont presque toute latitude sur la programmation des matches.

"Si quelqu'un me parle encore des contrats, je vais vraiment devenir dingue", s'est encore emporté Klopp. "Ces contrats ne sont pas faits pour une saison en période de Covid. Nous devons tous nous adapter."

Mais les diffuseurs ne sont pas la seule cible du bouillant technicien.

Il y a quelques semaines, appuyé par Pep Guardiola, il s'en était pris aux président des clubs qui avaient voté en majorité contre la prolongation des 5 remplacements par match, mise en place pour réduire le risque de blessures de joueurs: l'Angleterre est le seul championnat majeur à être repassé à 3 remplacements, notamment sous la pression des petits clubs qui estimaient que cinq changements favorisaient les plus grosses écuries aux effectifs mieux garnis.

Klopp estimait alors que la Premier League avait démontré "un manque de capacité à diriger", désignant nommément le président de la Premier League Richard Masters comme responsable.

- Toujours pas de trêve hivernale -

Mais si le Covid-19 a aggravé la congestion du calendrier anglais, cette surcharge est un problème récurrent et auquel très peu de solutions sont apportées.

L'an dernier déjà, bien avant que la pandémie ne vienne encore compliquer les choses, Liverpool avait dû "balancer" un quart de finale de Coupe de la Ligue en envoyant son équipe réserve à Aston Villa, finalement battue 5-0, car l'équipe première disputait deux jour plus tard le Mondial des clubs au Qatar.

Et la question d'une trêve hivernale - selon la tradition le championnat ne s'arrête pas en Angleterre pendant les fêtes de fin d'année -, n'est toujours pas réglée non plus.

L'an dernier, un système de "demi-trêve" avait été mis en place, la moitié des équipes étant dispensée de match une semaine, et l'autre moité la suivante, mais il n'a pas été reconduit cette année, en raison d'un calendrier trop contraint.

Cette problématique sera en tous les cas une incitation de plus pour les Reds, qualifiés pour les huitièmes de finale en cas de victoire, à battre mercredi l'Atalanta (corrigée 5-0 à l'aller), pour pouvoir faire un peu souffler leur effectif en décembre.

BeSoccer

BeSoccer

Infos 110K RANK 1
vues 813M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook