noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

L'Italie renverse l'Espagne et s'affirme

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 6,469

Pin Luigi Di Biagio entraîneur de l'Italie lors du match face à lAngleterre à Wembley. AFP
Luigi Di Biagio entraîneur de l'Italie lors du match face à lAngleterre à Wembley. AFP

L'Italie renverse l'Espagne et s'affirme

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 6,469

Menée au score et ballottée par l'Espagne pendant une demi-heure, l'Italie a superbement renversé la vapeur pour s'imposer 3-1 dimanche à Bologne lors du premier choc de l'Euro-Espoirs qu'elle organise à domicile et dont elle s'affirme comme une des grandes favorites.

Pendant les 30 premières minutes, la pelouse de Bologne a pourtant appartenu à l'Espagne et à son N.10 Dani Ceballos.

Le milieu de terrain a peu joué depuis deux saisons au Real Madrid, mais on l'a soudain retrouvé comme on l'avait laissé lors de l'Euro-Espoirs 2017 dont il avait été le meilleur joueur: lucide et brillant techniquement, un cran au-dessus de la concurrence.

A la 9e minute, au terme d'une séquence de conservation de balle infinie, c'est lui a expédié le ballon dans la lucarne de Meret et placé l'Espagne en tête.

L'Italie, alors, souffrait le martyre, malgré le stade Dall'Ara plein et qui poussait pour elle et malgré les six internationaux A (Chiesa, Kean, Zaniolo, Barrella, Pellegrini et Mancini) venus renforcer l'effectif de Luigi Di Biagio et qui étaient tous titulaires.

Et elle a eu bien du mérite à renverser la situation, parce qu'elle avait alors vraiment la tête sous l'eau face à cette Espagne qui l'a souvent martyrisée dans cette catégorie d'âge.

La révolte est venue de Barella et Chiesa, les deux Espoirs qui sont déjà titulaires chez les "grands" de Roberto Mancini.

Le premier a lancé le second d'une transversale parfaite, puis Chiesa a fait la différence : contrôle impeccable, accélération et frappe du gauche pour surprendre Unai Simon, pas très net sur le coup (1-1, 36e).

En deuxième période, c'est encore l'attaquant de la Fiorentina qui a donné l'avantage aux Azzurri après une action confuse de Cutrone (2-1, 64e). En fin de match, alors que l'Espagne avait repris le contrôle du match, Pellegrini a ensuite mis l'Italie à l'abri en obtenant et transformant un penalty (3-1, 82e).

Dans cet Euro-Espoirs à l'impitoyable format qui n'envoie que les premiers de groupe et le meilleur deuxième en demi-finales, cette victoire italienne, comme celle de la Pologne face à la Belgique (3-2) un peu plus tôt dans ce même groupe A, vaut de l'or.

Elle met l'Espagne, finaliste en 2017, dos au mur. Surtout, elle confirme que l'Italie est forte et qu'à domicile, il va falloir aller la chercher.

BeSoccer

BeSoccer

infos 69K RANK 1
vues 498M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook