noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo App Huawei

L'Inter crédibilise ses ambitions en dominant la Juventus

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 6,567

Pin L'Inter crédibilise ses ambitions en dominant la Juventus. AFP
L'Inter crédibilise ses ambitions en dominant la Juventus. AFP

L'Inter crédibilise ses ambitions en dominant la Juventus

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 6,567

L'Inter Milan a sérieusement crédibilisé ses ambitions de détrôner enfin la Juventus Turin, nonuple champion d'Italie en titre, en dominant les Bianconeri (2-0) dimanche à San Siro dans le choc de la 18e journée de Serie A. 

Un coup de tête d'Arturo Vidal, enfin décisif pour l'Inter (12e), et un contre chirurgical conclu par Nicolo Barella (52e) ont offert aux Nerazzuri leur premier succès sur les Bianconeri depuis septembre 2016 (et sept matches sans victoire). 

Plus agressifs et plus directs dans le jeu, les Intéristes reviennent provisoirement à la hauteur de l'AC Milan, leader attendu lundi à Cagliari en clôture de cette avant-dernière étape de la phase aller.

La Juventus, inoffensive et battue pour la deuxième fois en championnat, recule à la 5e place au classement, à sept longueurs des deux clubs milanais (mais avec 1 match en retard). 

A San Siro, à défaut de supporteurs et de chants dans les tribunes, l'ambiance a été assurée au coup d'envoi par un feu d'artifice géant tiré au-dessus du stade. 

Sur la pelouse, les fusées ont été quasi-exclusivement bleues et noires, après le pétard mouillé initial que fut un but refusé pour hors-jeu à Cristiano Ronaldo, à la suite d'un joi tir d'Adrien Rabiot (10e). 

Vidal allume la mèche 

La mèche milanaise a été allumée par Arturo Vidal d'un coup de tête puissant à la réception d'un centre de Nicolo Barella (12e). Premier but en championnat pour le Chilien, dont la saison est enfin lancée après avoir ouvert son compteur en Coupe d'Italie cette semaine en 8e contre la Fiorentina sur penalty (2-1 a.p.). L'ex-Turinois n'a que sobrement célébré ce but si important contre un club avec qui il a gagné quatre titres de champion.

Les Intéristes, dominateurs, auraient mérité d'en mettre un second avant la pause mais Lautaro Martinez par deux fois (23e de près puis 32e aux dix-huit mètres) puis Romelu Lukaku (38e frappe écrasée) ont gâché ces balles de break. 

La Juventus, bien pâle, n'arrivait pas à ajuster ses offensives. Federico Chiesa, qui avait fait tant de mal à l'AC Milan (1-3) sur cette même pelouse une semaine plus tôt, ne perçait pas et Cristiano Ronaldo en était réduit à des frappes lointaines, sans danger (33e, 37e). 

C'est donc assez logiquement que l'Inter a pris le large au retour des vestiaires, au terme d'une grande relance plein axe conclue par Barella (52e), buteur après avoir été passeur.

Naples se replace 

La meilleure défense du championnat semblait perdue, avec Bonucci et Chielini faisant leur âge. Ronaldo en souriait de dépit et Andrea Pirlo revoyait tout en lançant Dejan Kulusevski, Weston McKennie et Federico Bernadeschi (59e). 

Cela ne bouleversera pas le sens d'un match que l'Inter voulait davantage, la Juve devant attendre une tentative de Chiesa en toute fin de match pour inquiéter réellement Samir Handanovic, impeccable sur le coup (87e). 

Cette victoire, après les points égarés contre la Sampdoria (1-2) et la Roma (2-2), relance l'Inter. Même si l'AC Milan peut reprendre trois points d'avance dès lundi soir en cas de succès à Cagliari, avec Zlatan Ibrahimovic rétabli mais sans Theo Hernandez ni Hakan Calhanoglu, positifs au coronavirus.

Des Rossoneri de plus en plus accrochés à cette première place surprise, une ambiton retrouvée que traduit leur volonté de recruter au mercato l'attaquant croate Mario Mandzukic, arrivé dimanche soir à Milan pour s'engager pour six mois, selon les médias italiens. 

A quatre jours de disputer à la Juventus le premier trophée de la saison, la Supercoupe d'Italie, Naples a pour sa part profité des faux pas de la Juve mais aussi de la Roma, étrillée vendredi par la Lazio (3-0), et de l'Atalanta Bergame, freinée par le Genoa (0-0): voilà le Napoli revenu à la troisième place après avoir écrasé la Fiorentina (6-0). Avec un Insigne brillant: deux buts et une passe décisive après un numéro d'acrobate au milieu de cinq joueurs de la Viola sur le 3-0. 

BeSoccer

BeSoccer

Infos 112K RANK 1
vues 828M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook