noscript image

Lille, un dauphin en mode requin

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 2,884

Pin Lille, un dauphin en mode requin
Lille, un dauphin en mode requin

Lille, un dauphin en mode requin

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 2,884

Dauphin mais avec les dents longues et acérées d'un requin: fort de son superbe succès (5-1) face à Paris, Lille se déplace à Toulouse dimanche (15h00) pour conforter sa deuxième place en championnat de France, synonyme de qualification directe pour la Ligue des Champions.

Une semaine après sa victoire aussi éclatante qu'inattendue face au leader parisien toutefois hors d'atteinte (15 points d'avance), le Losc ne veut pas desserrer son étreinte, d'autant que Lyon a enfin retrouvé le chemin de la victoire vendredi face à Angers (2-1).

Les Dogues, qui comptent encore cinq points d'avance sur l'OL, veulent reprendre le large et ainsi conserver un matelas confortable avant d'aller défier les Gones au Parc OL dans deux semaines.

Malgré la démonstration face au PSG, très diminué par les absences et handicapé par l'exclusion d'un joueur en première période, les Lillois n'ont pas cédé à l'euphorie, contrairement à leur supporters, qui imaginent déjà la musique de la Ligue des champions retentir au Stade Pierre-Mauroy cet automne.

"L'ambiance est toujours la même. Rien n'a changé dans notre état d'esprit. On n'a gagné qu'un match, il en reste six à jouer", souligne avec sérieux le défenseur latéral turc Zeki Celik.

"Loin d'être fait"

"Il y a beaucoup d'engouement. Evidemment c'est lié à la qualité de la saison jusqu'à aujourd'hui, et la victoire face à Paris a décuplé cette fierté d'être supporter du Losc. Tout le monde croit en nous pour aller décrocher cette deuxième place. Ca ne met pas de pression, mais il faut toujours rester les pieds sur terre et ne pas croire que c'est fait. C'est loin d'être fait, même si notre position est très agréable", insiste l'entraîneur lillois Christophe Galtier.

Même s'il devance de sept longueurs le barragiste, Dijon, le Téfécé, qui n'a gagné que deux de ses onze derniers matches de Ligue 1, n'a pas encore assuré son maintien dans l'élite et a donc besoin de points.

"Ce n'est pas parce qu'on a battu Paris que ça sera facile à Toulouse. C'est une équipe dangereuse. Croire qu'en ayant battu Paris, on sera européen, c'est se tromper, c'est aller droit dans un mur, martèle le technicien nordiste. C'est le message que je me suis efforcé de transmettre à mon groupe cette semaine car on aura encore besoin de victoires pour atteindre notre objectif".

Surpris à domicile par les Toulousains juste avant la trêve hivernale grâce à deux penalties de Max-Alain Gradel (2-1), les Lillois auront à coeur de prendre leur revanche au Stadium, où la rencontre de la saison dernière leur a laissé un excellent souvenir. Menés 2-1 à dix minutes du terme, les Dogues avaient renversé la vapeur pour empocher un succès capital (3-2) à la 36e journée, une semaine avant d'arracher leur maintien en Ligue 1.

Le Losc, jusque-là épargné par les blessures cette saison, a toutefois subi un coup dur avec les blessures aux ischio-jambiers du milieu Xeka et du défenseur central Adama Soumaoro, touchés face à Paris dimanche dernier. Si le capitaine Soumaoro pourrait rejouer en mai, le milieu portugais a en revanche vu sa saison se terminer prématurément.

Leurs remplaçants seront donc attendus au tournant et devront montrer que le banc lillois peut se hisser au niveau du onze titulaire et permettre de se rapprocher de l'objectif final de la saison, la deuxième place et son billet direct pour la Ligue des champions.

BeSoccer

BeSoccer

infos 63K RANK 1
vues 438M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook