noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Ben Arfa, Bordeaux en est déjà gaga

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 1,387

Pin Ben Arfa, Bordeaux en est déjà gaga. AFP
Ben Arfa, Bordeaux en est déjà gaga. AFP

Ben Arfa, Bordeaux en est déjà gaga

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 1,387

Dix jours de présence au Haillan ont suffi à Hatem Ben Arfa pour lever une partie des doutes sur sa condition physique et raviver une flamme longtemps inerte aux Girondins, qui reparlent d'ambitions avant de se rendre à Marseille samedi en Ligue 1 (21h00). 

Jusque-là, les Girondins étaient bien mornes, sauf en coulisses, mouvementées depuis des mois. Mais pour le reste, peu d'entrain dans le jeu, trois nuls sans but à domicile au début d'une saison de tous les dangers sur les plans sanitaire, financier, et sportif aussi, et sans aucun recrutement dans le temps imparti du mercato. 

Et puis Hatem est arrivé, libre, deux jours après le gong, sans kilo en trop, avec un plaisir non dissimulé de rejouer après une saison quasi blanche (5 matches avec Valladolid), et sous les ordres d'un Jean-Louis Gasset qu'il tient en haute estime. 

Et c'est réciproque. "Il n'a pas changé, il a mûri", sourit Gasset en se remémorant leurs souvenirs communs, en Bleu, du temps de Laurent Blanc sélectionneur. 

Fulgurances 

Bordeaux, terre de rebond pour joueurs de renom. Avant Ben Arfa, le champion du monde brésilien Denilson, artiste gaucher lui aussi, s'était plu en Gironde sans forcément affoler la Ligue 1 malgré quelques gestes de classe restés dans les mémoires locales. 

Plus récemment, le tempétueux Jérémy Ménez, de la même génération que Ben Arfa - ils ont remporté l'Euro U17 en 2004 - n'a pas laissé une trace indélébile à Bordeaux. 

Ben Arfa saura-t-il faire mieux ? "Hatem est un magnifique joueur, reconnu, qui va faire vendre des maillots mais on ne l'a pas pris pour ça, mais pour qu'il soit performant et amène cette équipe le plus haut possible", détaillait le directeur sportif Alain Roche lors de sa présentation. 

"Ce que je peux amener, c'est mon jeu", précisait le joueur de 33 ans. Une semaine plus tard, "tous les feux sont au vert" selon Gasset. "Il est 'fit'. Je sens qu'il a envie, qu'il est motivé", confirmant sa présence samedi au Vélodrome. 

Qu'en attendre ? "Déjà, qu'il retrouve le rythme, car il a eu un arrêt assez conséquent, pose le technicien. Le talent, il n'a rien perdu. Je peux vous dire qu'il a des fulgurances à l'entraînement. J'avais dit que c'était un génie, ça l'est toujours."

Gagnant-gagnant 

Homme de défis, déterminé, expérimenté, avec cette faculté "à donner des bons ballons, à faire progresser les jeunes, à bonifier la ligne d'attaque, à débloquer les matches, il va nous amener un gros plus qui pourra peut-être nous donner un peu plus d'ambitions", prévient Gasset. 

Depuis le départ du Brésilien Malcom en 2018, les Girondins manquaient de leader technique. "Il a le profil pour être ce joueur-là", ose le coach, réfutant toutefois l'idée d'"homme clé".  

"On va essayer de le mettre dans les meilleures dispositions, renchérit-il. Cette semaine, à travers des jeux, on a essayé plusieurs organisations, on sait très bien comment il a 'flambé' à Nice avec beaucoup de liberté, comment il a été utilisé à Rennes où il a réussi un peu moins bien mais pas mal quand même. A nous de trouver la bonne formule et les joueurs qu'il va bonifier".

Ces derniers, sur la même longueur d'onde, connaissent le profil du bonhomme, pas réputé pour les tâches obscures. "S'il faut que certains joueurs soient moins offensifs pour pouvoir défendre à sa place, on le fera", suggère Yacine Adli, qui a connu "HBA" au Paris SG.

Du gagnant-gagnant en somme, même du côté des supporters en fronde avec la direction, comme le leader des Ultramarines Florian Brunet : "Gasset a bien fait de (Yoann) Gourcuff l'un des tous meilleurs joueurs du monde, pourquoi ne referait-il pas de Ben Arfa au moins un bon joueur de L1 ?". 

BeSoccer

BeSoccer

Infos 105K RANK 1
vues 774M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook