noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Ligue 1 : Nice au même point que Cardinale

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,608

Pin Le gardien niçois Yoan Cardinale s'impose dune claquette lors d'un match de Ligue 1. AFP
Le gardien niçois Yoan Cardinale s'impose dune claquette lors d'un match de Ligue 1. AFP

Ligue 1 : Nice au même point que Cardinale

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,608

La trajectoire de Yoan Cardinale épouse parfaitement celle de Nice : après une saison fantastique, le jeune gardien balbutie depuis la reprise, avec trois petits points pris avant de recevoir Monaco, samedi (17h00) pour la 5e journée de Ligue 1.

Pour traverser ce passage délicat, le jovial Ciotadin, bon client des médias, a ressenti le besoin de se murer, une fois n'est pas coutume, dans une bulle de silence. Après le naufrage collectif à Amiens (3-0), il a mis le nez dans le guidon.

Le plus souvent décisif sur sa ligne, notamment chez l'Ajax Amsterdam (2-2) au 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, "Cardi" est parfois hésitant dans des sorties, trois mal maîtrisées ont coûté un but à son équipe cette saison.

Mais le gardien azuréen de 23 ans, en fin de contrat en juin prochain et qui a noué une complicité avec la star italienne Mario Balotelli, a le cuir épais. Il a encaissé les sempiternelles piques sur son gabarit atypique, sur les buts encaissés, aux bruits printaniers récurrents de recrutement d'un portier plus expérimenté (Costil, Sirigu, Mandanda)...

Le combat ne l'effraie pas. Le tout premier, il l'avait, il est vrai, mené victorieusement tout gamin aux côtés de son frère cadet affecté par une grave maladie.

Toujours parti de très loin dans la hiérarchie des gardiens, chez les jeunes comme chez les pros (troisième à Nice à ses débuts), l'homme aux formules recherchées s'est toujours imposé grâce à un mental hors norme et un travail acharné.

"Cela ne me dérange pas d'être critiqué, cela me rend même plus fort. Après, je préfère éviter les erreurs, évidemment", avait-il assuré, mi-août au lendemain de la qualification européenne à Amsterdam à laquelle il avait contribué, démontrant une nouvelle fois un sacré caractère. Le Provençal n'avait pas éludé les interrogations sur une bourde devant l'Ajax à l'aller (1-1).

"Tout le monde dit que c'est une erreur. OK, c'en est une, mais on n'a pas trop de chance sur le coup parce que le ballon retombe sur un adversaire...", expliquait-il. Son entraîneur ne l'avait pas pointé du doigt, évoquant une faute tactique.

A l'image du départ des Aiglons, privés de ce soupçon de réussite qui avait fait pencher du bon côté la balance l'été dernier, il ne réussit pas le démarrage idéal, malgré dix arrêts et cinq ballons détournés lors des quatre premières journées de L1 (6 buts encaissés).

"Il sait se montrer présent. Comme tous les gardiens du monde sans exception, il peut encaisser des goals et faire quelques erreurs. Il a d'énormes qualités et sait qu'il doit gommer quelques petits défauts. Il n'a que 23 ans", souligne Lucien Favre, qui l'apprécie humainement et sportivement.

Comme tous les autres Niçois, il a en quelque sorte sa feuille de route individuelle que détaille l'entraîneur suisse, selon lequel il ne faut pas oublier la part prise par le gardien dans la troisième place du dernier championnat. "Il doit mieux lire le jeu et se concentrer. Ce sont des erreurs de lecture déjà faites l'an passé", gronde Favre.

A proscrire impérativement devant Monaco, serial buteur sur coups de pied arrêtés, pour aider le Gym à lancer enfin sa saison.

BeSoccer

BeSoccer

Infos 95K RANK 1
vues 692M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook