noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Hécatombe 2.0 pour le PSG à Nîmes

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 +18k

Pin Nouvelle série d'absences au PSG avant Nîmes. AFP
Nouvelle série d'absences au PSG avant Nîmes. AFP

Hécatombe 2.0 pour le PSG à Nîmes

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 +18k

Le sort s'acharne sur Paris : le PSG se déplace à Nîmes vendredi (21h00) en Ligue 1 à nouveau décimé par les blessures et le coronavirus, avec déjà plusieurs cadres assurés de manquer la reprise de la Ligue des champions mardi contre Manchester United.

"Est-ce que c'est un casse-tête? (...) Si on a seulement 11, 12 ou 13 joueurs capables de commencer, c'est aussi plus facile de choisir", a ironisé, pince-sans-rire, l'entraîneur parisien Thomas Tuchel.

Mauro Icardi, Marquinhos, Marco Verratti, Julian Draxler... L'Allemand a égrené les noms des blessés qui manqueront le déplacement chez le 13e de Ligue 1. Le premier, touché au ligament interne du genou, est d'ores et déjà exclu pour la réception de "Man U" mardi en C1; les trois autres sont incertains.

Vient s'ajouter l'impact du coronavirus, qui avait déjà grandement perturbé le début de saison des Parisiens: Ander Herrera a été testé positif, tandis que la recrue Danilo Pereira, cas contact de Cristiano Ronaldo en sélection portugaise, doit s'isoler et manquera le match à Nîmes.

Colin Dagba, cas contact de Maxence Caqueret avec l'équipe de France espoirs, pourra lui jouer sous réserve de présenter un troisième test négatif.

Calendrier "énorme" 

De quoi compliquer considérablement la tâche de Tuchel, également privé d'Angel Di Maria (suspendu en Ligue 1) et Thilo Kehrer (toujours blessé).

D'autant que plusieurs de ses internationaux ont été très sollicités pendant la fenêtre internationale, comme Kylian Mbappé, qui a joué toute la rencontre contre la Croatie (victoire 2-1) avec les Bleus à tout juste 48 heures du match à Nîmes.

Ou Neymar, en forme olympique en sélection brésilienne avec un triplé contre le Pérou (4-2) mardi, mais qui a le décalage horaire et les heures d'avion à gérer.

"On ne va pas trouver beaucoup de phases pour récupérer. Quand je regarde le calendrier de cette année, c'est énorme", s'est inquiété Tuchel. Les Parisiens ont en effet un match tous les quatre jours en moyenne jusqu'à la mi-novembre.

Le mercato à l'épreuve 

L'Allemand s'était déjà inquiété publiquement, à quelques jours de la clôture du marché des transferts, de l'étroitesse de son effectif après les départs d'Edinson Cavani, Thiago Silva ou Thomas Meunier.

Le directeur sportif Leonardo a répondu en apportant trois joueurs supplémentaires dans les dernières heures du mercato : Danilo Pereira, Rafinha et Moise Kean, qui se sont ajoutés dans la case arrivée à Icardi (transfert définitif), au gardien Sergio Rico, au latéral droit Alessandro Florenzi et au troisième gardien Alexandre Letellier.

Et les nouveaux venus, notamment le jeune Italien Kean (20 ans), prêté par Everton sans option d'achat, et le Brésilien Rafinha, cédé par Barcelone pour presque rien selon la presse (3 millions d'euros de bonus), pourraient s'avérer précieux dès vendredi à Nîmes.

Ce déplacement doit aussi permettre au PSG (4e, 12 pts) de poursuivre sa remontée au classement de la Ligue 1 : le club parisien pointe à deux longueurs des coleaders Rennes et Lille (14 pts) avant cette 7e journée. Un nouveau succès vendredi vaudrait au champion de France en titre de s'installer sur le podium provisoire.

Mais au terme du mercato, clos le 5 octobre, une question demeure: ce PSG peut-il avoir les mêmes ambitions que celui arrivé, en août, en finale de la Ligue des champions et seulement battu (1-0) par l'intouchable Bayern Munich ? Tuchel a répondu par une pirouette : "Sans blessures, nous sommes une équipe très forte et on peut attendre beaucoup de nous."

Nîmes, au budget 15 fois inférieur, reste en théorie à la portée des Parisiens. Quand bien même les "Crocos", qui seront accompagnés par leur public (5000 personnes maximum) aux Costières, viennent de remporter le derby (1-0) à Montpellier.

Mais le dilemme est là. Faire tourner, quitte à piocher dans la réserve et s'exposer, comme en début de saison contre Lens et Marseille (défaites 1-0), à une contre-performance ? Ou lancer les meilleurs, au risque d'arriver fatigués contre les Red Devils? Des questions que le vice-champion d'Europe préférerait ne pas se poser...

BeSoccer

BeSoccer

Infos 104K RANK 1
vues 773M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook