noscript image

Alisson, le bourreau du Barça

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 9,278

Pin Alisson, ce cauchemar. EFE
Alisson, ce cauchemar. EFE

Alisson, le bourreau du Barça

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 9,278

Un peu plus d'un an après un scénario renversant sous les couleurs de la Roma contre ce même Barça, le gardien brésilien a répondu présent mardi soir.

En l'espace de 13 mois, le FC Barcelone aura donc vécu deux 'remontadas', deux soirées cauchemardesques où leurs espoirs de triomphe en Ligue des champions ont été balayés en 90 minutes sans une seule révolte sur le terrain. Point commun : le gardien Alisson Becker était à chaque fois présent, d'abord le 4 avril 2018 avec l'AS Rome puis le 7 mai 2019 avec Liverpool.

Révélé l'an dernier sous les couleurs des 'Giallorossi', le portier brésilien a été recruté l'été dernier pour 70 millions d'euros. Un investissement conséquent de la part des 'Reds' afin de franchir un cap après les errances de Loris Karius, parti depuis au Besiktas. Pour sa première saison en Premier League, Alisson a mis tout le monde d'accord avec 20 matches sans encaisser de buts, soit plus d'une rencontre sur deux avec un clean sheet.

Cinq parades décisives

Lors de cette demi-finale retour à Anfield, le gardien de 26 ans aura été déterminant. Si Divock Origi et Georgio Wijnaldum, tous les deux auteurs d'un doublé, attirent logiquement la lumière, il ne faudrait pas négliger la participation d'Alisson dans cet exploit. Avec cinq parades dont quatre en première période, il a permis d'entretenir l'espoir alors que les siens étaient en souffrances avant de rentrer au vestiaire.

Il a notamment été inspiré sur sortie devant Jordi Alba après une ouverture millimétrée de Lionel Messi à la toute fin du temps additionnel (45e+4). Face à ce même Messi, il s'était montré vigilant dans le premier quart d'heure après une rare séquence collective intéressante du Barça. Alisson Becker a de nouveau repoussé la tentative du numéro 10 argentin en seconde période de quoi dégoûter celui qui rêvait de remporter une cinquième Ligue des champions.

"Si j’avais su qu’Alisson était si bon, j’aurais payé le double", avait annoncé de manière ironique Jürgen Klopp en décembre dernier face aux critiques liées au prix jugé excessif pour un gardien de but. Le temps semble donner raison à l'entraîneur allemand qui a trouvé en l'ancien joueur romain une certitude au fil des semaines en 2018-2019.

Pour l'anecdote, Alisson Becker portait mardi soir un inhabituel maillot gris unique cette saison à Liverpool. Cette couleur était imposée par les officiels en raison du jaune habituel trop proche de la couleur fluo des 'Blaugrana'. Le genre de petit détail qui ravira les supporters des 'Reds' pendant plusieurs années, tout comme les performances de leur gardien brésilien.

BeSoccer

BeSoccer

infos 65K RANK 1
vues 464M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook