noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Merci "Prince Ali" et ses défenseurs

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 3,521

Pin Alisson a fait rêver. AFP
Alisson a fait rêver. AFP

Merci "Prince Ali" et ses défenseurs

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 3,521

"L'arrêt qu'a fait 'Ali', je n'ai pas de mot", souffle Jürgen Klopp. Alisson Becker et sa défense ont pris le relais d'une attaque de Liverpool en panne contre Naples (1-0) pour envoyer les "Reds" en huitième de finale de la Ligue des champions.

Anfield, 93e minute: Arkadiusz Milik contrôle, arme et frappe. Alisson sort, se fait grand, plonge d'un côté et sauve Liverpool d'une égalisation qui aurait éliminé les hommes en rouge.

"Si je savais qu'Alisson était si bon, j'aurais payé le double", a plaisanté Klopp. "Il nous a sauvé la vie. Je n'ai jamais rien vu de tel."

L'arrivée du gardien brésilien de la Roma pour plus de 62 millions d'euros (plus les bonus) cet été avait fait hausser certains sourcils en Angleterre et ailleurs. Comme les 84 millions d'euros déboursés six mois plus tôt pour Virgil van Dijk.

Quelques mois plus tard, cet argent semble avoir été parfaitement dépensé. De quoi tourner la page des deux boulettes de Loris Karius dans les buts de Liverpool lors de la dernière finale de la C1.   

Contre le Napoli, Liverpool a remporté le match grâce à son arrière-garde, pas grâce à son attaque balbutiante.

Si Mohamed Salah a bien inscrit le seul but du match en première période, le reste de la rencontre a surtout été marqué par les occasions gâchées de l'Egyptien, les incroyables ratés de Sadio Mané ou les tirs lointains un peu désespérés de Trent Alexander-Arnold, James Milner ou Van Dijk. Une performance dans la droite ligne de ce que les Reds produisent depuis le début de la saison, ou leur attaque, si chatoyante la saison passée, se fait parfois un peu terne et discrète. 

Mais derrière... ça a été magistral, dans la droite ligne de ce que les Reds produisent depuis le début de la saison. Les hommes de Klopp constituent en effet la meilleure défense de Premier League, avec seulement six petits buts encaissés en seize journées.

Becker "impérial"

A Anfield, Becker a fait les sorties nécessaires pour tuer dans l'oeuf les attaques napolitaines. Il a aussi sorti l'arrêt crucial au bon moment: "impérial" estime le Telegraph mercredi. "Une seul arrêt à faire de la soirée et il l'a fait. (...) La différence entre douleur et qualification", apprécie The Guardian.

"Il est exceptionnel et l'arrêt est incroyable mais si nous ne défendons pas sur tout le terrain comme nous l'avons fait, il ne pourra pas faire vingt arrêts comme ça. (...) Il a besoin des autres gars", a tempéré Klopp.

Et ils ont répondu présents. Van Dijk a coupé les passes, taclé comme un lion (au risque de prendre un rouge sur une faute sur Dries Mertens en début de match) et constamment replacé ses coéquipiers. "Van Dijk est un leader. Dominant", assure le Telegraph.

Même Joël Matip, préféré à Dejan Lovren en l'absence de Joe Gomez, a été au niveau. "Très calme", note le Times, le grand défenseur a été propre dans ses interventions, comme dans ses relances.

Et que dire des latéraux ? Ils ont tout simplement été exceptionnels. A gauche, Andrew Robertson a été "presque trop parfait", selon le Times. Entre centres précis et retour défensifs, l'Ecossais a été le patron du couloir gauche.

Quant à Alexander-Arnold, il a constamment fait les bons choix: se lançant en avant avec aplomb, tout en étant tranchant dans ses interventions défensives.

Pas étonnant dès lors, que Klopp se "fiche" de son prochain adversaire en huitième. Peu importe où il ira, sa défense sait voyager. Mardi soir, elle a peut-être même fait de Liverpool un des favoris de la compétition.

BeSoccer

BeSoccer

infos 77K RANK 1
vues 568M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook