noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Valcke plonge ses juges dans la manne des droits TV

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 757

Pin Al Khelaifi jugé en Suisse avec Valcke, AFP
Al Khelaifi jugé en Suisse avec Valcke, AFP

Valcke plonge ses juges dans la manne des droits TV

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 757

Un gâteau "sublime", négocié miette par miette: jugé en Suisse, l'ex-numéro 2 de la Fifa Jérôme Valcke a brossé mardi un tableau du marché des droits télévisés, manne financière du football dopée par l'arrivée de beIN Media.

La question est cruciale pour le Français, accusé d'avoir appuyé l'obtention par la chaîne qatarie des droits de deux Coupes du monde en échange d'une luxueuse villa mise à sa disposition par Nasser Al-Khelaïfi, patron de beIN et du PSG, jugé à ses côtés.

Or ce contrat signé en 2014 était "assez stupéfiant", "fantastique", "je ne dirais pas inespéré, mais sublime pour la Fifa", a insisté l'ancien secrétaire général de l'instance, 59 ans, entendu mardi par le Tribunal pénal fédéral de Bellinzone.

Pour 480 millions de dollars, Al-Jazeera devenue beIN a décroché la retransmission des Mondiaux-2026 et 2030 au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, soit un bond spectaculaire par rapport aux droits du Mondial-2014 cédés 50 millions de dollars à une autre chaîne pour la même zone géographique.

Cet accord "n'a jamais été dénoncé par qui que ce soit parce que c'est un contrat en or, dans une région compliquée où il n'y a pas de concurrence", a ajouté l'ancien bras droit du patron déchu de la Fifa, Sepp Blatter.

- Essor qatari -

Jérôme Valcke, qui encourt cinq ans de prison pour "gestion déloyale" dans ce dossier, a d'ailleurs balayé l'idée que la Fifa aurait pu être lésée par l'absence d'appel d'offres ou de négociation avec d'autres acteurs régionaux.

"Les droits de la Coupe du Monde sont tels que vous n'avez pas beaucoup de diffuseurs capables de les acheter", a-t-il souligné, citant comme rares marchés concurrentiels l'Allemagne avec ARD et ZDF, ou la France avec TF1 et France Télévisions.

De surcroît, sur ce segment qui a démultiplié les revenus du football mondial depuis les années 1970, "mener un appel d'offres ne signifie pas que vous allez obtenir mieux", a précisé l'ancien journaliste de Canal+, haute stature et carrure de rugbyman.

"Un partenaire peut dire: + Attends, tu as fait un appel et tu n'as obtenu aucune réponse. Pourquoi tu me demandes de payer aussi cher ?", a illustré l'ancien vice-roi du football, licencié en 2016 et suspendu pour dix ans de toute activité liée à la discipline.

Dans ce contexte, beIN est devenu un géant mondial du sport en rachetant la chaîne qui diffusait le Mondial-2014, puis en assommant le marché local pour les droits des Mondiaux-2018 et 2022, avec la "volonté ferme" de poursuivre dans cette voie, a raconté le prévenu.

- Arrangement 'privé' -

Sa montée en puissance a accompagné celle de la diplomatie sportive du Qatar, qui a fait de ce secteur un instrument de rayonnement international en décrochant fin 2010 l'organisation du Mondial-2022, avant de racheter un an plus tard le PSG via un fonds souverain.

Niant tout "pacte corruptif" avec Nasser Al-Khelaïfi, Jérôme Valcke s'est donc efforcé de dissocier les négociations autour des droits TV de ses relations "d'amitié" avec le patron de beIN et du club parisien, au moment où il cherchait "une solution" pour acquérir une villa sur la Côte d'Emeraude sarde.

"Je n'ai rien promis, et je n'ai rien fait dans le cadre de cette négociation, qui puisse être liée d'une façon ou d'une autre à cette discussion d'ordre privé", a martelé M. Valcke, assurant n'avoir joué aucun rôle dans les discussions avec beIN.

Après une rencontre entre les deux dirigeants au siège parisien de beIN, le 24 octobre 2013, Nasser Al-Khelaïfi avait acheté la "Villa Bianca" pour 5 millions d'euros via une société, dont il avait transféré les parts au frère d'un de ses collaborateurs, avant de la mettre à disposition de M. Valcke.

M. Al-Khelaïfi, qui devrait être interrogé à partir de mercredi à Bellinzone, est de son côté poursuivi pour "instigation à gestion déloyale" et risque également cinq ans de prison. 

La charge de "corruption privée" a été abandonnée par l'accusation en raison d'un accord fin janvier entre la Fifa et le dirigeant qatari, qui a le rang de ministre.

BeSoccer

BeSoccer

infos 102K RANK 1
vues 755M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook