noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Tout sauf l'impasse de trois pour les Pays-Bas

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,174

Pin Tout sauf l'impasse de trois pour les Pays-Bas. AFP
Tout sauf l'impasse de trois pour les Pays-Bas. AFP

Tout sauf l'impasse de trois pour les Pays-Bas

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,174

Attention danger pour les Pays-Bas : privés d'Euro 2016 puis de Mondial-2018, les Oranje doivent gagner contre l'Irlande du Nord, qu'ils affrontent jeudi sur la route de l'Euro 2020, pour éviter de douter.

En surface, les Néerlandais affichent leur assurance habituelle. Si ses troupes ont manqué deux compétitions de suite, c'est surtout parce que l'émergence de nouveaux talents est par nature irrégulière, assure le sélectionneur Ronald Koeman.  

"Nous avons aujourd'hui une sélection comparable à celle des meilleurs pays", s'est-il vanté.

Difficile de le contredire, à la vue de Virgil van Dijk (Liverpool), Matthijs de Ligt (Juventus Turin) ou Frenkie de Jong (FC Barcelone) dans la liste néerlandaise.  

Ecrasés 6-0 lors du dernier duel entre les deux pays, les Nord-Irlandais ne devraient guère effrayer leurs adversaires.

Seulement voilà: comme l'Allemagne, les David d'un soir comptent trois unités d'avance sur le Goliath néerlandais au classement du groupe C.

Avec neuf points au compteur et un match de moins que leurs deux devanciers, les Pays-Bas occupent la troisième place de la poule - et seules les deux premières positions garantissent la qualification pour l'Euro.

Rien d'irrémédiable mais une défaite ou un match nul jeudi à Rotterdam compliquerait sérieusement l'équation. 

"Chaque fois qu'on joue un match de qualification, on dit qu'il est crucial", dédramatise l'attaquant de Lyon Memphis Depay.

- Continuité -

Pour éviter toute mauvaise surprise, Ronald Koeman a misé sur la stabilité: aucun nouveau visage ne figure dans la sélection de 23 joueurs dévoilée la semaine dernière.

Par rapport aux deux derniers matches de qualification, seuls le gardien Jeroen Zoet (PSV Eindhoven) et les milieux de terrain Tonny Vilhena (Krasnodar) et Davy Pröpper (Brighton) ont été évincés.

"Nous travaillons avec un groupe stable, des garçons qui sont méritants", assume Ronald Koeman.

Les derniers résultats des Pays-Bas incitent à la continuité: en battant en déplacement l'Estonie (4-0) et surtout l'Allemagne (4-2), les Néerlandais se sont rassurés.

Et le calendrier est plus favorable aux Oranje qu'à leurs adversaires, puisqu'ils affronteront dimanche le Bélarus (4e, 3 points) et en novembre l'Estonie (5e, 0 point).

Alors que l'Irlande du Nord croisera le fer avec l'Allemagne lors de la dernière journée. "Nous jouons désormais contre des adversaires en apparence plus faibles", a confirmé Ronald Koeman.

"Je ne veux pas dire que cette équipe est du niveau de l'Estonie mais il est clair que nous aurons beaucoup de possession de balle et que nous serons meilleurs que l'Irlande du Nord", a estimé l'ancien joueur.

Inébranlable, la confiance de Ronald Koeman vient peut-être du filet de sécurité que les Néerlandais se sont tissé lors de la Ligue des Nations.

Lors de la première édition de la compétition, en 2018/2019, les Pays-Bas ont fini en tête de leur groupe et ont décroché par la même occasion leur ticket pour les matches de barrage qualificatif à l'Euro.

Une seconde voie beaucoup plus aléatoire, comme peuvent en témoigner les Nord-Irlandais.  En novembre 2017, la Suisse les avait privés de leur première Coupe du Monde depuis 1986 en les éliminant des barrages (1-0 au match aller, 0-0 au retour).

BeSoccer

BeSoccer

infos 78K RANK 1
vues 571M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook