noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Dennis, buteur sans en avoir l'air

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,848

Pin C1: Emmanuel Dennis, buteur sans en avoir l'air. AFP
C1: Emmanuel Dennis, buteur sans en avoir l'air. AFP

Dennis, buteur sans en avoir l'air

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 1,848

Il a inscrit un doublé à Bernabeu et a même imité la célébration de l'ex-icône madrilène Cristiano Ronaldo: l'attaquant de Bruges Emmanuel Dennis est un danger pour le PSG, qui se déplace mardi dans la Venise du Nord.

"Il anticipe et a le sens du but sans être un véritable buteur", le décrit Rudy Cossey, adjoint de l'ancien entraîneur de Bruges Ivan Leko, dans une interview à Sport/Foot Magazine.

De fait, avec 3 buts en 8 matches de championnat, le rendement de Dennis peut encore s'améliorer.

Mais à l'aube de la 3e journée de Ligue des Champions, il a marqué tous les buts de son équipe et contribué à la 2e place inespérée du club de Bruges dans le groupe A, devant le Real Madrid et Galatasaray.

Et moins d'un mois plus tôt, le Nigérian de 21 ans a fêté ses premières minutes sous le maillot des Super Eagles, lors d'un match amical contre l'Ukraine, un pays tout sauf anodin dans sa carrière.

Deux ans et demi après l'annonce de son arrivée à Bruges, en mai 2017, l'attaquant de poche (1,74 m) est à l'heure de l'éclosion internationale. 

Pour connaître cette ivresse, il aura pourtant emprunté des chemins détournés.

Elevé par ses frères après la mort de sa mère, le jeune Dennis fait ses premières gammes au Football College d'Abuja, un centre de formation renommé de la capitale nigériane.

A l'époque, le ballon rond n'a rien d'une évidence pour lui.

"Quand j'étais à l'école, je voulais devenir prêtre, et plus tard médecin", a confié en novembre l'attaquant, qui remercie encore souvent Dieu en lettres capitales sur Twitter.

Le "Neymar nigérian"

Finalement, la passion du football l'emporte, Dennis fait le grand saut vers l'Europe à 16 ans et pose ses valises en Ukraine.

Un choix atypique et long à porter ses fruits, avant que le Nigérian ne débute en 2016 sous les couleurs du Zorya Louhansk, dans l'est du pays.

C'est là que Bruges repère le "Neymar nigérian", ainsi baptisé par le journal local 'Premium Times'. 

Le club se dit alors particulièrement attiré par un joueur "rapide et explosif", capable d'évoluer à "trois postes offensifs".

Bart Verhaeghe et Vincent Mannaert, les deux hommes forts de la formation brugeoise, font même le déplacement en Ukraine, un signe d'intérêt rare chez les deux dirigeants.

Leur empressement est d'autant plus étonnant que le bilan comptable de Dennis (6 buts en 22 matches de championnat) n'est pas flamboyant.

"Il y avait beaucoup d'intérêt" de la part d'autres clubs, justifie alors Sergiy Serebrennikov, ancien milieu de terrain (ukrainien) de Bruges.  

Attaquant convoité sans être toujours prolifique dans les seize mètres: tel est le paradoxe Emmanuel Dennis.

"Quand il n'a pas envie de jouer, il ne court pas. Avec ostentation", analyse Rudy Cossey pour Sport Foot Magazine.

Pour l'ancien adjoint, c'est surtout sur le plan mental que Dennis doit encore progresser.

"Il doit se servir de sa tête et prendre conscience qu'il doit faire bon usage de son talent, entretenir ses qualités, essayer d'atteindre le meilleur rendement", juge Cossey.

En dehors des terrains, Dennis a déjà tout compris. 

Avant le match au Real Madrid, il avait promis de se faire tatouer s'il marquait. 

Les défenseurs parisiens sont avertis: s'ils ne veulent pas que le Neymar nigérian ressemble par trop à celui du Parc des Princes, ils devront ouvrir l'œil mardi soir. Pour les buts comme pour les tatouages.

BeSoccer

BeSoccer

infos 79K RANK 1
vues 583M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook