noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Premier match international depuis plus de 20 ans en Irak

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 924

Pin Bonne nouvelle pour l'Irak. AFP
Bonne nouvelle pour l'Irak. AFP

Premier match international depuis plus de 20 ans en Irak

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 924

L'Irak accueille mardi pour la première fois depuis plus de 20 ans un match comptant pour une compétition internationale, après que la FIFA a autorisé l'organisation de rencontres officielles sur son sol.

Quelques mois après que ce pays a annoncé en fanfare sa victoire sur les terrifiants jihadistes du groupe Etat islamique (EI), Al Zawraa, le mythique club de la capitale irakienne recevra à Kerbala, à une centaine de kilomètres au sud de Bagdad, le club libanais Al Ahed de Beyrouth pour un match comptant pour la Coupe des clubs de la Confédération asiatique (AFC).

Au-delà du résultat du match, pour l'Irak, interdit depuis les années 1990 de matches officiels, sa tenue est déjà un succès. "Avant, nous étions privés d'assister aux exploits internationaux de notre équipe à cause de l'interdiction de jouer en Irak", se rappelle Majid, supporteur d'Al Zawraa. 

"Maintenant on va revivre l'ambiance des grands matches, celle de l'époque où Al Zawraa recevait ses adversaires dans le Stade du Peuple de Bagdad", se réjouit à l'avance ce quinquagénaire. 

Car le 17 mars, l'Irak a obtenu à l'arraché, après plusieurs rejets, la levée de la sanction de la Fédération internationale de Football Association (FIFA) et des matches internationaux ont désormais droit de cité en Irak.

"Une fierté"

Mais trois villes du pays uniquement peuvent les accueillir, où la sécurité est garantie et les stades plus modernes selon la FIFA.

Il s'agit d'Erbil, la capitale du Kurdistan, de Bassora, à la pointe sud du pays, qui possède le plus grand stade (65 000 places) et le plus moderne, et de Kerbala, le deuxième stade du pays derrière celui de Bassora (plus de 30 000 spectateurs).

Inauguré il y a trois ans, le stade de la ville sainte chiite de Kerbala a coûté près de 100 millions de dollars. Les enquêteurs de la FIFA ont estimé cette année que les conditions de sécurité étaient réunies pour accueillir des équipes étrangères ainsi que leurs supporteurs. 

Cette validation a été célébrée comme "historique" par les dirigeants irakiens, soucieux de rassurer à l'étranger après leur proclamation de la "victoire" sur l'EI en décembre 2017 et leurs appels répétés aux investisseurs, artistes et sportifs à venir dans le pays, en panne de développement économique.

"Nous attendions un tel match depuis longtemps", confie à l'AFP Abdel Rahmane Rachid, de la direction d'Al Zawraa. 

"C'est une fierté", dit-il, de devenir le premier club à jouer un match international devant son public après avoir été contraint d'évoluer sur la pelouse de stades de différents pays arabes.

"Celui de tous les clubs"

Après Al Ahed mardi, Al Zawraa recevra le 16 avril le club bahreïni de Manama. Le lendemain, un autre club bagdadi, al-Qoua al-Jawiya, recevra, toujours à Kerbala, le club bahreïni Malkiya. Le 24, al-Qoua accueillera le club omanais Al Suwaiq.

Les voyages à l'étranger des équipes irakiennes, explique M. Rachid, "coûtaient très cher aux clubs et avaient un impact négatif sur les joueurs".

Pour la première fois mardi, "Al Zawraa aura l'avantage d'être à domicile, devant son public qui gonflera le moral des joueurs", assure-t-il, confiant que les aficionados n'hésiteront pas à faire le trajet de deux heures depuis la capitale pour suivre leur équipe.

Aqil al-Mendalaoui, la soixantaine, a déjà pris son billet car soutenir Al Zawraa est "une mission nationale, avant d'être un devoir de supporteur".

"Nous, les supporteurs d'Al Zawraa, nous sommes connus pour suivre notre équipe partout où elle joue, alors évidemment qu'on sera là pour le premier match!" assure-t-il à l'AFP. "Ce match n'appartient pas seulement à Al Zawraa, c'est celui de tous les clubs d'Irak".

BeSoccer

BeSoccer

infos 72K RANK 1
vues 530M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook