noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo App Huawei

Montpellier a fait sa révolution d'octobre

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 510

Pin Montpellier a fait sa révolution d'octobre. AFP
Montpellier a fait sa révolution d'octobre. AFP

Montpellier a fait sa révolution d'octobre

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 510

Au bout d'une révolution d'octobre menée dans le calme et sur les décombres d'un derby perdu face à Nîmes, Montpellier a conduit une profonde mue offensive pour s'installer parmi les cinq premiers de Ligue 1 avant le déplacement à Lorient, dimanche (15h00) pour la 12e journée.

Les trois succès consécutifs à Saint-Étienne (1-0), à Bordeaux (2-0) et devant Strasbourg (4-3), avec une pluie de buts en attaque, ont ramené l’équipe de Michel Der Zakarian dans la course à l’Europe.

Pourtant octobre était noir. Les deux gifles à la Mosson, le derby perdu contre Nîmes (1-0) le 4 octobre et le crash contre Reims (4-0) trois semaines plus tard, avaient non seulement ébranlé ses certitudes à domicile, mais surtout blessé l'orgueil de tout un club.

Rappel à l'ordre du président Laurent Nicollin, coup de gueule d'Andy Delort, promu capitaine, rénovation tactique (4-3-3) et choix de Der Zakarian: Montpellier a opéré un profond remaniement. 

Au lendemain de l'échec et du "non-match" devant Nîmes, Laurent Nicollin a laissé retomber les émotions, s'est accordé du temps pour digérer sans céder à la crise. Le fils de "Loulou" Nicollin, lequel avait le don de coups de gueule retentissants, a fait face à son premier accroc avec sang froid.

"Notre mea culpa" 

Dix jours après cette humiliation, et avant le déplacement à Monaco (1-1), il a néanmoins fait part de sa colère froide à ses joueurs dans l'intimité des vestiaires.

"On a raté le derby, on s'est loupé, et on est passé à autre chose. On a fait notre mea culpa: on n'a pas été bons, on a été même mauvais. Tous. Pas que les joueurs, moi, aussi, le staff aussi", avait raconté Nicollin il y a quelques jours.

"On doit le garder dans un coin de la tête, s'en servir pour avoir une motivation. Comme je leur ai dit, il est question de savoir si ce groupe de qualité veut réussir une belle saison", avait-il témoigné, refusant publiquement de faire porter le chapeau à l'un ou l'autre.

Comme le rebond n'a pas été immédiat, et que Montpellier a rechuté devant Reims, l'avant-centre et buteur Delort s'est fait l'écho du discours du président pour provoquer une prise de conscience des joueurs.

"Il était important de se dire les choses entre joueurs. Pour évoquer la situation, se lâcher un peu plus et retrouver la solidarité que l'on avait il n'y a pas si longtemps. C'est aux joueurs, moi le premier, de montrer leurs c... sur le terrain, de retrouver ce truc-là. Nous avons besoin de retrouver tous ensemble l'âme du club", avait-il alors alerté.

"Ce système me plaît bien" 

"Der Zak", qui a fait front dans la tourmente, a profité des circonstances, et de l'absence de plusieurs joueurs (Hilton, Le Tallec, Souquet, Omlin, Savanier, Ristic blessés ou suspendus), pour abandonner son système en 5-3-2, intouchable depuis trois ans, et se tourner vers un jeu plus offensif à travers la mise en place d'un 4-3-3.

Un choix qui a provoqué une cascade de changements au sein de son effectif. Der Zakarian a écarté le vétéran Hilton (43 ans), patron de sa défense et capitaine emblématique, ou encore le latéral Arnaud Souquet.

Avec Delort en capitaine, leader et buteur retrouvé, avec Téji Savanier et Florent Mollet associés dans un milieu à la touche plus technique, ou la titularisation de la recrue anglaise Stephy Mavididi en attaque, Montpellier a affiché une autre maîtrise collective.

Il a donné et surtout pris du plaisir à travers ce jeu pour renouer avec la victoire à l'extérieur, où il n'avait plus gagné depuis neuf mois, et donc à la Mosson.

"Ce système me plaît bien d’autant qu'il est moins prévisible pour nos adversaires. Par ailleurs, il correspond bien à notre potentiel offensif, très intéressant, mais exige plus d'énergie dans la maîtrise défensive", assure le défenseur central Daniel Congré.

En répondant à l'attente, plus ou moins secrète de ses joueurs, "Der Zak" les a aussi placés devant leurs responsabilités. Et face au défi d'une conquête européenne.

BeSoccer

BeSoccer

Infos 110K RANK 1
vues 810M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook