noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo

Raphinha, la flèche brésilienne de Rennes est enfin acérée

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 871

Pin Raphinha, la flèche brésilienne de Rennes est enfin acérée. AFP
Raphinha, la flèche brésilienne de Rennes est enfin acérée. AFP

Raphinha, la flèche brésilienne de Rennes est enfin acérée

BeSoccer par BeSoccer @besoccer_com - 0 871

Deuxième plus gros transfert de l'histoire de Rennes, Raphinha a eu un peu de mal à s'adapter. Mais l'ailier brésilien s'est débloqué cet hiver, devenant l'un des fers de lance de l'ambitieux club breton, 3e de Ligue 1 et opposé à Reims dimanche (17H00).

Roazhon Park, 10 novembre, Rennes-Amiens. A la 79e minute, pénalty pour les Rouge et Noir : Raphinha demande à le tirer. 

Arrivé en fin de mercato pour 21 millions d'euros (plus primes) pour combler le vide laissé en attaque par les départs d'Ismaïla Sarr et Hatem Ben Arfa, la recrue la plus chère des Bretons depuis Sévérino Lucas (21,3 millions d'euros en 2000) a besoin de confiance.

"Je commençais à me sentir un peu nerveux parce qu'en tant qu'attaquant, j'aime beaucoup marquer, et ça commençait à faire long", a raconté le joueur de 23 ans, discret dans les médias, il y a quelques semaines au quotidien sportif 'L'Equipe'. "Dans la tête, ça allait. Mais je n'étais pas présent dans les actions décisives, ça me freinait sur le terrain (...). Je n'ai retrouvé de la sérénité qu'après avoir marqué."

En lui laissant sa chance, Mbaye Niang et Benjamin Bourigeaud, les deux tireurs attitrés, ont provoqué le déclic: trois buts et deux passes décisives en cinq matches et un grand rôle dans la bonne passe de Rennes, installé depuis décembre sur le podium de Ligue 1.

"Il fallait prendre ses marques, pour lui, pour nous, qu'on le connaisse mieux, qu'il nous découvre également. Il y a eu un premier tournant lors de son pénalty contre Amiens et ensuite il n'a cessé de monter en puissance", explique l'entraîneur Julien Stéphan. 

Roazhon Park, 31 janvier, Rennes-Nantes, 71e minute, pénalty pour les Rouge et Noir: Raphinha demande à le tirer et cette fois Niang garde le ballon. Le gardien nantais Alban Lafont repousse la frappe, mais Raphinha, arrivé lancé juste au bon moment, achève le travail du plat du pied gauche. Dans les dernières secondes de ce derby de feu, il inscrit le but de la victoire en suivant encore une fois, à la limite du hors-jeu, une frappe de Niang repoussée par Lafont.

Toutes compétitions confondues, il a inscrit quatre buts lors de ses cinq derniers matches, dont une jolie volée du gauche sur une quasi-transversale millimétrée de Romain Del Castillo mardi lors du quart de finale de Coupe de France remporté contre les amateurs de Belfort (3-0).

"On voit bien aujourd'hui qu'il a un impact très important dans notre animation offensive, parce qu'il est capable de déséquilibrer l'adversaire de manière individuelle, de répéter les courses, de donner des derniers ballons (...) et de marquer. Il devient de plus en plus décisif", se réjouit Stéphan.

Mais "cela doit continuer dans la durée", prévient l'entraîneur. D'autant que s'il sait créer les occasions, il lui arrive encore souvent de les manquer. Au-delà des passes ratées et des tirs mal cadrés, il a trouvé mardi la transversale pour la 3e fois de la saison...

Né à Porto Alegre, d'un père musicien et d'une mère enseignante, Raphael Dias Belloli, dit Raphinha, avait 19 ans quand il est venu tenter sa chance, d'abord au Vitoria Guimaraes puis au Sporting Lisbonne, où il avait fait la connaissance de Romain Salin, l'actuel 2e gardien de Rennes qui a aidé à son intégration dans le groupe.

"Ça n'a pas mis beaucoup de temps. Raphinha est quelqu'un de très ouvert", observe le capitaine rennais Damien Da Silva. "Et après, sur le terrain, c'est venu petit à petit et maintenant il est devenu un joueur majeur de l'équipe, il nous fait énormément de bien".

BeSoccer

BeSoccer

Infos 90K RANK 1
vues 674M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook