noscript image
GooglePlay Logo AppStore Logo App Huawei

PSG : C’est pas demain, c’était pas hier, c’est maintenant !

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 933

Pin PSG : C’est pas demain, c’était pas hier, c’est maintenant ! AFP
PSG : C’est pas demain, c’était pas hier, c’est maintenant ! AFP

PSG : C’est pas demain, c’était pas hier, c’est maintenant !

BeSoccer par BeSoccer @besoccerFR - 0 933

S'il ne veut pas se retrouver au bord de l'élimination en Ligue des champions, le PSG doit impérativement gagner ce mardi (21h) contre Leipzig.

"C’est maintenant qu’il faut le faire. C’est pas demain, c’était pas hier, c’est maintenant !". Tout le monde a encore en tête l'incroyable causerie de Pascal Dupraz, le 14 mai 2016, quelques heures avant que Toulouse ne sauve sa tête en Ligue 1. Les mots avaient résonné fort auprès des joueurs. Ils avaient trouvé échos en eux, et révélé des hommes. Pour Paris, ce mardi (21 heures), il faudra au moins aller chercher au plus profond. Il faudra trouver un supplément d'âme pour battre Leipzig et s'éviter de se retrouver aux portes de l'élimination en Ligue des champions, ce qui serait une véritable catastrophe pour tout un club.

Alors, évidemment Thomas Tuchel n'a pas les mêmes recettes. Il n'a ni la même équipe ni le même CV que son homologue français, malgré tout le respect que nous devons à ce dernier. Mais l'entraîneur parisien le sait. Mardi soir, au Parc des Princes, son armada ne doit pas se rater. L'ancien Borussen a posé le décor en conférence de presse : "C'est comme une finale. Chaque minute va compter. On veut montrer qu'on est capable de gagner un match difficile comme celui-là."

Pour y parvenir, le coach attend de ses hommes un comportement irréprochable. Il n'a pas manqué de rappeler qu'il faudrait aussi que ses joueurs vedettes, Kylian Mbappé et Neymar, soient au rendez-vous. Il sait également que cela passera par l'ensemble du collectif qui n'a pas toujours montré sa fiabilité cette saison, concédant 5 défaites en 14 matches toutes compétitions confondues. Une première à ce stade depuis l'exercice 2004/2005...

Le match perdu vendredi à Monaco (2-3) n'a pas permis de faire le plein de confiance. Mais il n'a pas trop impacté le moral des troupes si l'on en croit Thomas Tuchel : "Cette défaite à Monaco était bizarre, elle n'a pas eu un grand impact sur l'état d'esprit dans le vestiaire ou lors des entraînements. On sait bien que c'est notre responsabilité. Maintenant, tout le monde est prêt et on a confiance en nos joueurs."

Le discours se veut rassurant et fédérateur. Le président Nasser Al Khelaifi est venu accompagner Leonardo lundi pour assister à la séance vidéo puis à l'entraînement. "Tout le monde connaît la situation, a rappelé Marquinhos. On sait que c'est un match décisif. Mais je pense qu'on est dans les bonnes conditions pour faire un grand match, à la maison et dans un beau stade. Il faut qu'on se concentre pour réaliser le meilleur match possible et prendre ces trois points très importants pour nous."

Les trois points sont d'autant plus importants qu'ils permettraient à Paris de rester maître de son destin dans un groupe mené pour l'instant par Leipzig et Manchester United. Quoi qu'il arrive, le PSG ne sera pas éliminé mardi soir, mais une défaite le plongerait clairement au bord du précipice.

BeSoccer

BeSoccer

Infos 110K RANK 1
vues 812M RANK 1
Plus de cet auteur

Follow BeSoccer on Facebook